Feeds:
Articles
Commentaires

11/22/63, Stephen King

J’aime la science fiction et je suis même une Trekkies dans l’âme. Avec 11/22/63, j’ai été servi et plus. Brique de 849 pages, incluant voyage dans le temps via un trou intemporel, retour dans le présent remodelé, histoire d’amour et scènes d’horreur typiques de Stephen King (ex: 31 octobre, petite famille et fou avec une hache). Oui, c’est à la Back to the Future et c’est l’fun. Retourner dans le temps implique plein de questionnements intéressants: est-ce que les actions d’un homme font une différence? l’histoire aurait-elle été très différente si Kennedy n’avait pas été assassiné? est-ce qu’une seule rencontre peut changer la destinée de quelqu’un? Moult réflexions qui vous occuperons pendant un bon bout de temps avec ce roman.

Ma cote: 3.5 / 5

Habibi

Inspiré des Mille et une nuits, cette histoire épique et roman d’amour est incroyable. L’histoire raconte la vie de Dodola et Zam, deux enfants esclaves réunit par la chance, les circonstances et peu à peu par l’amour. Ils vivront à travers dans le désert, comme esclave dans un harem et fugitif dans une construction moderne. Pour moi, ce sont les dessins qui sont à couper le souffle. Un style précis, en noir et blanc ou l’art islamique et la calligraphie prennent une dimension fabuleuse sous la plume de Thomson. Pas étonnant qu’il soit un bédéiste reconnu mondialement pour ses oeuvres. Avec cette B.D. de 672 pages, j’ai vécu une aventure fantastique que je ne suis pas prête d’oublier.

Ma cote: 5/5  (Oui!!!)

 

Bouquins à lire sur ce beau sofa en velours vert…

En plein dans mon style de déco et trouvé sur l’inspirant blog Anthology Magazine.

 

 

3 livres en Janvier

Étant donné que ça a été difficile de garder le cap sur l’écriture de mon blog l’an dernier, je vais réenligner mes flutes en 2012 et écrire un article, une fois par mois, avec tous les livres que j’ai lu. Ça va me donner plus de temps pour lire!

Un traître à notre goût par John Le Carré

Blanchiment d’argent, Russie/Angleterre, service secret anglais, corruption et Rolland Garros. Si ces thématiques vous inspirent, ce roman d’espionnage de John Le Carré s’aura vous satisfaire. Pour une raison que j’ignore, je n’ai jamais réussi à être accroché par l’histoire. C’est écrit dans un style clair pour la complexité du thème, mais l’intrigue ne m’a pas touché. En une phrase, c’est l’histoire d’un mafioso russe, inquiet de se faire assassiner par sa propre gang, qui veut vendre des informations top secrètes au service d’espions anglais en échange d’une citoyenneté et sécurité en Angleterre. Enfin, c’est ce que j’ai compris.

Ma cote: **

Du bon usage des étoiles par Dominique Fortier

Dominique Fortier est mon auteure québécoise favorite du moment. J’aime ses sujets, son imaginaire, son écriture. Dans ce roman basé sur des faits réels datant de 1845,  on embarque à bord de deux navires anglais de l’expédition de Sir John Franklin pour découvrir un passage à travers le grand nord canadien. On vivra avec l’équipage la grande traversée, les rigueurs du froid arctique, la première rencontre avec les esquimaux, le désespoir d’une glace qui ne fondra jamais. Je rêve de connaître les trésors secrets de ces deux grands bateaux, le seul lieu historique non découvert au Canada.

Ma cote: *****

Une drôle de traversée par Ernest Hemingway

Petite plaquette sympa à traîner dans sa sacoche que cette nouvelle d’Hemingway. Un homme essaie de gagner sa vie à la Havane en louant son bateau de pêche aux touristes. Un jour l’opportunité de transporter des clandestins à l’extérieur de Cuba se présente à lui, mais rien ne se déroulera comme prévu. L’histoire est simple, mais c’est toujours intéressant de mieux connaître le style d’un grand écrivain.

Ma cote: **

Un bel endroit que j’ai trouvé sur mes blogs décos. J’y passerais bien tous mes après-midi de lecture en janvier. Via Anthology magazine.

Le meilleur de 2011

Étant donné qu’on me demande souvent la question « qu’est-ce que je pourrais lire de bon » et qu’il ne me vient jamais spontanément de réponses intéressantes, j’ai décidé de faire un top 3 de 2011. J’avoue avoir été déçu. Quoi? j’ai seulement lu 18 livres en 2011? C’est ça mes meilleurs livres de 2011? Hé oui, c’est tout ce que j’ai lu et ce ne sera pas une année mémorable. Raison de plus pour me ressaisir et prendre le temps de bien choisir mes livres. Critiques à l’appui et réservations à la bibliothèque seront nécessaires!

Mes tops 3:

Le romantique: parce que, pour moi, c’est une histoire d’amour réussie.

Le fantastique: parce que Zafon est maître dans l’art de créer des atmosphères incroyables.

Le réaliste: parce que la tristesse et la solitude de l’âme humaine y sont tellement bien racontés.

5 bouquins

La lectrice en moi est toujours là, mais je ne peux pas dire la même chose de la blogeuse. Ben voyons, c’est pas si compliqué de critiquer le dernier livre lu! Pour me reprendre, je vais faire un blitz des derniers livres sur ma table de chevet blanche. Version écourtée.

Gatsby: Roman de Fitzgerald qui reflète les valeurs de la société américaine dans les années ’20 à travers son mystérieux personnage Gatsby. Intéressant, mais pas passionnant. Il reste que c’est toujours bien d’ajouter à sa liste de livres lus, un autre classique. Lu à cause du film Midnight in Paris, un film charmant de Woody Allen.

Ma cote: ***

Le vent du Nord:  Histoire d’amour qui se développe entre deux inconnus par un échange de courriels. Je considère que peu de romans recréent bien une relation amoureuse. Il faut avoir le bon ton, les mots justes et un timing parfait. Le tout sans tomber dans le quétaine/girly. Pour moi, c’est mission accomplie avec ce bouquin.

Ma cote: ****

La septième vague: Le vent du Nord finit, c’est pas long qu’on doit trouver la septième vague. On est encore ici voyeur de compte hotmail et la relation entière se déroule à travers des courriels. Perso, ce roman était aussi bon que le premier, mais on perd définitivement l’effet nouveauté…

Ma cote: ***

The incredible story of Edgard Sawtelle: Chers amis, méfiez-vous de livres gratuits qui traînent sur les étagères d’auberges turques! C’est un roman qui s’adresse aux passionnés de la race canine (oui, il y a des chapitres entiers où les chiens « parlent » et ont des « feelings »).  562 pages de descriptions trop longues, sur fond de drame familiale américain avec un garçon surdoué et muet. À mourir d’ennui.

Ma cote: *

Marina, Carlos Ruis Zafon: Wow. J’avais des attentes et je n’ai pas été déçu. J’ai adoré ce roman fantastique qui se lit trop rapidement. L’atmosphère est inquiètante et envoutante, les personnages charmants, même l’intrigue est convaincante. Y’a aussi tout un côté Frankenstein qui est vraiment particulier. Bref, le livre qu’il vous faut en ce mois de décembre grisou.

Ma cote: ****

Vu que je me cherche toujours des choses à peinturer, j’ai décidé de m’attaquer à mes tables de chevet. J’en avais assez du look année ’70 alors j’ai rafraîchi le tout avec du « Whistler White ». Love it!

AVANT

APRÈS

Italian shoes

Bouquin rouge est de retour en force avec ce très bon livre que j’ai lu au début de l’été. Je me disais qu’il était aussi grand temps que je lise un Henning Mankell, « master of atmosphere », qui fait parti de la vague d’écrivains scandinaves qui envahissent nos bibliothèques.

Vivant reclus sur une île nordique des Baltiques, Frederick est un vieil homme solitaire, hanté par son passé, qui survit depuis 12 ans avec son chien, son chat et sa baignade quotidienne dans un trou de glace. La visite d’Harriet, amour de jeunesse qu’il a abandonné et n’a pas vu depuis des décennies va bousculer sa vie. Harriet est atteinte d’un cancer incurable et réclame une lointaine promesse… De là commence pour Frederick un voyage complexe et imprévisible.

À travers les tragédies de chacun, le roman nous fait vivre les émotions d’un homme qui redécouvre la vie. Introspectif et intime, ça m’a pris quelque temps avant de vraiment me sentir engagé dans le livre. Quand même, en y repensant, je réalise que les personnages m’ont profondément touchés. Les thèmes abordés ne sont pas faciles, mais il n’y a qu’un auteur d’expérience pour nous les faire vivre de plein fouet. Vraiment bon.

Ma cote: ****

À lire seul, dans un chalet, mur de végétaux inclus. Merci à Anthology Magazine pour cette parfaite image.

Pour moi, l’été c’est le tennis. Non, pas le tennis sur les courts chauds du parc Jeann-Mance. Le tennis comme dans organisation-d’un-fichu-de-gros-tournoi-international-au-parc-Jarry. Une chance qu’il y a les BBQ, les mojitos et les terrasses pour passer au travers d’un « crunch time » assez difficile merci.

Ainsi donc, je pense beaucoup à mon blogue, mais je n’écris pas. Hors de mon beau bureau, je me tiens loin des ordis qui me rappellent toujours les tonnes de emails à répondre.  Je préfère prendre des cafés au Olympico et marcher les pieds dans la mousse. Je vous laisse avec cette photo et on se reparle en septembre.

L xx

 

%d blogueurs aiment cette page :